GR 2 Au fil de la Seine

A découvrir en chemin : Fiche 4 - Bois de Cestres aux sources de l'Ignon

1Hameau de Froideville

Entre les points 14 et 15 du descriptif, vous allez frôler le hameau de Froideville.

Son patrimoine est limité mais près d'une petite mare, le lavoir XIXe pourra faire un bel abri. Derrière la construction s'alignent une série d'abreuvoirs.

Lavoir de Froideville

2Hameau de Cestres

Au point 15 du descriptif, vous effleurer le hameau de Cestres.

Là aussi, un lavoir XIXe restauré alimenté par une source pure pourra vous servir d'abri.

Pour plus d'informations sur la commune de Saint-Martin-du-Mont et ses hameaux de Bordes-Bricard, Bordes-Pillot, La Casquette, Cestres, Froideville : http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_saint-martin-du-mont_565.html

Lavoir de Cestres

3Saint-Seine-l'Abbaye

Point 16 du descriptif.

Saint-Seine-l'Abbaye nous propose son église abbatiale XIIIe, complétée aux XIV-XVe, dans laquelle nous pouvons admirer un jubé du XVe, d'imposantes fresques peintes XVIe, un retable XVIIe, des boiseries XVIIIe et un décor végétal où l'escargot de Bourgogne est bien présent. Devant le parvis de l'église, l'eau de la fontaine Samaritaine XVIIIe (ou Saint-Marc) est réputée miraculeuse.

L'abbaye fut d'abord appelée Sainte-Marie de Cestres. Ravagée au début du VIIe par les Sarrazins, puis par les Normands et les Hongrois au IXe, elle est relevée en 981. Elle connait son apogée au début du XIIIe, mais en 1255, elle est fortement endommagée par un incendie. L'ancien palais abbatial reconstruit au XVIIIe, fut converti en établissement hydrothérapique en 1840. À l’époque, il est cité comme le plus remarquable de France par l'abondance et la fraîcheur de ses eaux.

 Au fil des rues, on croisera l'hôtel de la Poste, ancienne dépendance de l’abbaye aménagée en relais de poste et de diligences, plusieurs jolies fontaines, le lavoir surnommé autrefois "Temple du Silence", une petite mare, à proximité de l'ancienne gare du tacot et de belles boutiques du XIXe, hélas vides de tout commerce.

Saint-Seine-L'Abbaye fut aussi le pays de la confiture d'épine-vinette au début du XXe. Produit de luxe, elle est vendue 5 F le kilo en 1902, époque où une dactylographe gagne 80 F par mois.

Pour plus d'informations sur Saint-Seine-L'Abbaye : http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_saint-seine-l-abbaye_576.html

Site sur l'abbatiale de Saint Seine l'Abbaye : http://www.christaldesaintmarc.com/l-abbaye-de-saint-seine-c737522

 

En quittant Saint-Seine l'Abbaye, dans la dernière partie de la montée, une petite route conduit à la ferme de Puits ou du Puits (1 700m AR).

Elle conserve un curieux mur de protection et s’arme de quatre petites tourelles d’angle munies de meurtrières de tir pour se protéger… des loups ! On y observe aussi une curieuse gargouille rapportée et un beau pigeonnier carré. 

Abbaye de Saint-Seine-l'Abbaye
Intérieur de l'Abbaye

4Champagny

Point 17 du descriptif.

Brûlé lors de la guerre de 1870, le village fut reconstruit comme un village de vignerons avec les logements au-dessus de la cuverie, bien qu’aucun vignoble ne s’étende plus sur les coteaux. La petite église Saint Remi et Saint Germain édifiée en 1825, couverte d'ardoises, remplace une première église dressée sur les hauteurs. Construite sur l'emplacement de l’ancien presbytère, elle profite du coup, ce qui n'est guère banal, d'une cave à laquelle on accède en passant une porte surmontée d'un linteau à accolade.

En contrebas, on déniche le lavoir XIXe et surtout, la mairie-école-musée dominée par une petite cloche, datée de 1856 formidablement conservée avec son mobilier. Les longues tables aux ardoises encastrées s'alignent face au tableau, de part et d'autre du gros poêle. Les encriers sont toujours prêts à recevoir l'encre violette et les plumes sergent-major le temps d'une dictée, ce que ne manquent pas de proposer les animateurs des lieux. L'école ferma en 1954, et tout resta figé au départ de la dernière institutrice.

Pour plus d'informations sur Champagny :  http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_champagny_134.html

Pour plus d'informations sur le musée école et sa visite : http://www.echodescommunes.fr/rdv_5651_visite-de-l-ecole-musee-de-champagny.html http://www.christaldesaintmarc.com/l-ecole-musee-de-champagny-c26024540

Eglise de Champagny
Ecole-musée de Champagny

5Poncey-sur-l'Ignon

Village plein de charmes, Poncey-sur-l'Ignon mérite un détour qui s'amorce grâce au PR "Sentier des sources de l'Ignon" balisé en jaune, 850 m avant les sources. Il est possible de revenir aux sources de l'Ignon pour poursuivre le GR 2 en suivant le chemin de fond de vallon (4 km AR).

Le PR croise les moulins qui entrecoupent le cours de la rivière. Le premier accueillait une papeterie avant d'être modifié et transformé en usine d'amiante. Un petit lavoir se cache à proximité. Plus loin, le moulin du Haut, moulin à grains en ruines, disposait d'un beau canal accroché à flanc de combe et qui alimentait la grande roue à hauteur du premier étage, peut-être même deux roues. Un des deux moulins du village, également papeterie, serait le premier de France à avoir fabriqué du papier en rouleau. Le cinquième moulin, à "huile de navette" (Plante oléagineuse voisine du colza), se situe entre Poncey et Pellerey.

Outre ces moulins et deux beaux lavoirs à arcades, ce village retiendra les visiteurs avec le fameux manoir Huard où le réalisateur Jean-Henri Meunier tourna en 1975, "L'Adieu Nu", avec Maria Casares, Pierre Maxence, Michael Lonsdale. Après avoir restauré une maison sur les hauteurs de Poncey-sur-l'Ignon, Charles et Frances Huard édifièrent de toute pièce un château avec l'aide d'un maçon italien. Pour ce faire, ils récupèrent les pierres de démolition et issues entre autres, des bombardements. Aujourd'hui, on ne peut que s'étonner en découvrant l'édifice. Tour crénelée, fenêtres à meneaux, toits égayés de tuiles colorées, murs d'enceinte, porterie et ses annexes couverts en laves…

L'église XVIIIe Saint-Barthélemy étonne le visiteur par son architecture en forme de croix grecque rarissime et sa couverture de laves, paraissant curieusement plus ancienne que le reste de l'édifice. Cette couverture cache une coupole en tuf, prélevée aux sources de l'Ignon. L'intérieur circulaire surprend à son tour. 

Pour plus d'informations sur Poncey-sur-L'ignon : http://www.echodescommunes.fr/commune_cote-dor_poncey-sur-l-ignon_500.html

Manoir Huard
Manoir Huard

6Les sources de l'Ignon

Un peu avant le point 19 du descriptif.

Le village s'appelait autrefois, autrefois Poncey-lès-Pellerey. Les sources de l'Ignon jaillissent de tous les côtés dans un beau décor sauvage et bucolique. Perdus au milieu d'une végétation parfois dense, de beaux massifs de tuf se forment lentement. Cette pierre poreuse, surnommé localement pierre ponce, mais qui n'a aucun rapport avec la lave volcanique, aurait donné son nom au village de Poncey. 

Sources de l'Ignon

Hébergements, visites et services

A découvrir également en chemin sur ce sentier